wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Auguste Barbier



Il pianto, le correge - Poéme


Poéme / Poémes d'Auguste Barbier





Nourrice d' Allegri, Parme, cité chrétienne,

Sois fière de l' enfant que tes bras ont porté!

J' ai vu d' un oeil d' amour la belle antiquité,

Rome en toute sa pompe et sa grandeur païenne;

J' ai vu Pompéï morte, et comme une athénienne,

La pourpre encor flottant sur son lit déserté;

J' ai vu le dieu du jour rayonnant de beauté

Et tout humide encor de la vague ionienne;

J' ai vu les plus beaux corps que l' art ait revêtus;

Mais rien n' est comparable aux timides vertus,

À la pudeur marchant sous sa robe de neige;

Rien ne vaut cette rose et cette belle fleur

Qui secoua sa tige et sa divine odeur

Sur le front de ton fils, le suave Corrége.







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Auguste Barbier
(1805 - 1882)
 
  Auguste Barbier - Portrait  
 
Portrait de Auguste Barbier


mobile-img