wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Auguste Barbier



Il pianto, dominiquin - Poéme


Poéme / Poémes d'Auguste Barbier





Noble fille des cieux, divine solitude,

Bel ange inspirateur de tout génie humain,

Toi, qui vis saintement, et le front dans la main,

Loin des pas du vulgaire et de la multitude!

Ô nourrice de l' art! ô mère de l' étude!

Tu reçus dans tes bras le grand Dominiquin,

Et, sur ce noble coeur rongé d' inquiétude,

Tu versas à longs flots ton calme souverain.

Hélas! Pour lui, le ciel fut longtemps sans lumière;

Boeuf sublime, à pas lourds il creusa son ornière

Aux cris des envieux hurlant à son côté.

Mais à son lit de mort, comme au vieux saint Jérôme,

La gloire ouvrit pour lui le céleste royaume,

Et lui donna le pain de l' immortalité.





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Auguste Barbier
(1805 - 1882)
 
  Auguste Barbier - Portrait  
 
Portrait de Auguste Barbier


mobile-img