wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Auguste Barbier



Iambes, dante - Poéme


Poéme / Poémes d'Auguste Barbier





Dante, vieux gibelin! Quand je vois en passant

Le plâtre blanc et mat de ce masque puissant

Que l' art nous a laissé de ta divine tête,

Je ne puis m' empêcher de frémir, ô poëte!

Tant la main du génie et celle du malheur

Ont imprimé sur toi le sceau de la douleur.

Sous l' étroit chaperon qui presse tes oreilles

Est-ce le pli des ans, ou le sillon des veilles

Qui traverse ton front si laborieusement?

Est-ce au champ de l' exil, dans l' avilissement,

Que ta bouche s' est close à force de maudire?

Ta dernière pensée est-elle en ce sourire

Que la mort sur ta lèvre a cloué de ses mains?

Est-ce un ris de pitié sur les pauvres humains?

Ah! Le mépris va bien à la bouche de Dante,

Car il reçut le jour dans une ville ardente,

Et le pavé natal fut un champ de graviers

Qui déchira longtemps la plante de ses pieds:

Dante vit comme nous, les factions humaines

Rouler autour de lui leurs fortunes soudaines;

Il vit les citoyens s' égorger en plein jour,

Les partis écrasés renaître tour à tour;

Il vit sur les bûchers s' allumer les victimes;

Il vit pendant trente ans passer des flots de crimes,

Et le mot de patrie à tous les vents jeté,

Sans profit pour le peuple et pour la liberté.

Ô Dante Alighieri, poëte de Florence,

Je comprends aujourd' hui ta mortelle souffrance;

Amant de Béatrice, à l' exil condamné,

Je comprends ton oeil cave et ton front décharné,



Le dégoût qui te prit des choses de ce monde,

Ce mal de coeur sans fin, cette haine profonde

Qui te faisant atroce et te fouettant l' humeur,

Inondèrent de bile et ta plume et ton coeur

Aussi, d' après les moeurs de ta ville natale,

Artiste, tu peignis une toile fatale,

Et tu fis le tableau de sa perversité

Avec tant d' énergie et tant de vérité,

Que les petits enfants qui le jour, dans Ravenne,

Te voyaient traverser quelque place lointaine,

Disaient en contemplant ton front livide et vert:

Voilà, voilà celui qui revient de l' enfer.





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Auguste Barbier
(1805 - 1882)
 
  Auguste Barbier - Portrait  
 
Portrait de Auguste Barbier


mobile-img