Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Anne Perrier

Poème pour la pauvreté - Poéme


Poéme / Poémes d'Anne Perrier





La poésie est morte

Les mots ont pris le voile

Quelqu'un ferme la porte

Et pose sur ma langue une étoile

On a mis les scellés Sur le cœur entr'ouvert L'ineffable mystère Garde son secret

Restent le silence les blés Aux cheveux courts Où le vent court Sans rien troubler

Reste la route aiguë Comme un cri Trois oliviers gris Comme trois mots perdus



Pauvreté ô ma sœur

Naguère j'avais des phrases

Pour te couvrir de fleurs

Quand je vivais dans l'emphase

Du cœur

Petite guenille

Aux yeux morts

Qui se roulait dans l'or

Et la pacotille

Maintenant qu'ai-je à dire

Les couteaux sont tombés

Tu m'attires

De tes deux mains coupées

Aie pitié de moi

Un lent pays droit

Sans feu ni source

Me prend et me repousse

Eloigne-toi ! ma vie N'est qu'un serpent mauvais Laisse-la fuir et se cacher Au fond d'un puits



Oh ! comment passer outre marcher Encore — sentir dans son dos L'abîme le ciel ouvert Comme un tombeau

Pourquoi ne m'as-tu pas laissée Sans gain ni perte Dormeuse non créée Dans l'éternité verte

Mais tu m'as regardée

Le monde a basculé

Dans le vide le monde a brillé

Comme un diamant offert

Sur la nuit 0 tentation

Unique et cent

O pierre

Sur ma paume sans fond

Comme un charbon ardent

Je tremble quelle proie peut suffire

A ce cœur absolu

Poussière es-tu

Royale apparence de vivre



Que le monde est beau

Près de se retirer

Vois il a roulé sur la plage

Les profonds coquillages

Du désir Revienne l'eau

Mystérieuse et douce! Et puis après...

Monde tais-toi ! Oh tu le sais

Pour qui se prend aux fables

Il n'y a plus d'après...

Maintenant qu'on ensable

Ton nom sous les flots

Déjà le vrai se détache du faux

Qu'on dresse la table

Pour celle qui vient

En larmes sur le chemin

Pauvreté mon unique

Mes mains lentement te découvrent

Sous la neige oblique

Tu as le visage de l'amour

Ah! c'était donc cela

Tant de violence dans mon cœur

Ce vent sauvage sur mes pas



Et tous ces coups de poignante douceur

Une voix dans la nuit me répète

Que la tendresse a faim

Que la miséricorde est nue

Et je viens

Comme un fantôme une ombre perdue

Dans les ombres muettes

Qui suis-je pour t'aimer

Ta lumière me tue

Ta gloire me brise ta beauté

Me déchire la vue

Mais je viens au-devant

De ton cœur mendiant

Irai-je jamais plus loin

O douloureuse infinitude

Du rien

Dans le temps qui s'éteint

Le soleil noir de la solitude

Laisse-moi voir dans la fontaine Au moins l'ombre d'une ombre humaine Laisse-moi toucher l'endroit Fraternel d'une voix



Rien ne bouge Ma propre voix s'est tue Lequel parlait de roses rouges A pleines mains nues

Ah ! t'aurais-je appelée De ma terre éblouie T'aurais-je suivie Si tu m'avais dévoilé Tes abîmes? Mon cœur défaille Mais l'ombre devient transparente Derrière ces murailles L'éternité chante

Conduis-moi dans l'hiver

Une dernière fois

O le silence la joie

Mer à mer

Le monde se recoud

Les routes disparues

Plus rien que l'immense étendue

De l'amour










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Anne Perrier
(1922 - ?)
 
  Anne Perrier - Portrait  
 
Portrait de Anne Perrier