Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

André Mage de Fiefmelin

Sonnet xxxiv - Sonnet


Sonnet / Poémes d'André Mage de Fiefmelin





S'il n'y a point d'amour si grand que de soy-mesme,
Vray
Narcisse je m'ayme entre tous grandement :
Et si n'ay toutesfois d'ennemy s'animant
Plus que moy contre moy qui, pour me hayr, m'ayme.



Ce qu'ore à mort je hai, tost d'un désir extresme
Je me l'affectionne : et mon vouloir, s'armant
Contre moy, n'obéit qu'en son commencement :
Et vainqueur de vaincu, ce dernier vient supresme.



D'un non-voulant ouy j'espouse la vertu :

Quand d'un voulant
Nenny contraint, j'ay combattu
Le vice, et sur mes sens mis la raison à force.



Je ne cours pas au bien, je m'y traisne à lent pas :
Mais le mal qui m'atteinct sur moy ne règne pas :
En moy je-ne-scay-quoy plus grand que moy le force.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



André Mage de Fiefmelin
(1560 - 1603)
Portrait de André Mage de Fiefmelin