Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

André Mage de Fiefmelin

Sonnet xcvi - Sonnet


Sonnet / Poémes d'André Mage de Fiefmelin





Des le ventre jusqu'au tombeau

Le cours de l'homme en langueur roule.
Devers l'Enfance qui se saoule
Est rongée des le berceau.



La gale boutonne sa peau :

Sur son chef la tigne s'ampoule :
Et la fleur du ventre l'escoule (En ses humiditez) comme eau.



La
Jeunesse en
Hemorhagie,
En fleur de sang, en phrenesie,
Et en chartre tombe aisément.



Puis la vieillesse a les
Cathares

La
Toux, la
Goutte, et tremblement :
Tels sont à tous de mort les arres.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



André Mage de Fiefmelin
(1560 - 1603)
Portrait de André Mage de Fiefmelin