Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

André Mage de Fiefmelin

Sonnet lxvii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'André Mage de Fiefmelin





Ma
Muse en son subject,

Qui trop ample l'estonne, erre comme un naufrage

En la mer des malheurs où court l'humain lignage,

Sans finir son project :



Je n'aurois jamais faict.

Car voulant calculer l'arène d'un rivage

Les fleurs du dous printemps, les feuilles d'un bocage,

Je me trouble en mon ject.



Architecte divin de l'humaine nature,

Qui s'est desnaturee en perdant ta figure,

Guide en ses traicts ma main.



Beny mon humble tasche en la tache contraire

Dont je montre sourcer les maux du genre humain.

Qui peut sans toy bien faire ?








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



André Mage de Fiefmelin
(1560 - 1603)
Portrait de André Mage de Fiefmelin