wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Alain Bosquet



Au subjectif - Poéme


Poéme / Poémes d'Alain Bosquet





Je suis le fils d'une consonne et d'un proverbe.
Un peu de chair qui chante avant de se faner.
Assis parmi les mots, comme un cromlech imberbe.
Je trouve en eux ma foi ; je pourrais me damner



Pour les plus pervertis.
Cher mot de « coloquinte »,
Tu es l'ouf et la cloche et la cinquième toux
Du jardin trop mouillé.
Ma paupière est empreinte
De ta brune fureur, mot d' « ecchymose » : tout.



Dans mon esprit, veut te céder ; tu es méduse,

Tu es forêt féline où glousse le ruisseau.

«
Gypaète », mot fou, tu cries, tes plumes s'usent

Contre mon foie ; tu m'as mordu, tu prends d'assaut



Le nuage sacré ; quel fakir, quel ermite
Remplaces-tu dans les mosquées de la terreur ?
Mot d' « amadou », furtif comme un prêtre, j'imite
Tes carnavals qui récompensent les menteurs



Pour leur plus beau mensonge.
Aucun mot ne me

[sauve.
Si je dis « équateur », c'est la corde où je pends.
Si je dis « aloès », soudain les pierres fauves
Dévorent la montagne, avec des cris de paons.



Mais combien je les aime ! « Oillet » veut dire

[« plage ».

«
Grain » signifie « miroir ». «
Moleskine » et

[« citron »,

Mots si câlins qui m'ont réduit en esclavage !

Je n'ai pas d'autres dieux ; quand ils me jugeront,



Coupable prosateur, je serai la matière
Dont naissent les refrains.
Je m'appelle « cristal », «
Amarante », « coursive », et la voyelle est fière
De boire la rosée dans mon nom végétal.



Mon pseudonyme, « tamanoir » !
L'on dit « cimaise »
En me voyant rêver.
L'on pense « bigarreau »
Dès que mon oil s'égare; et l'ouragan s'apaise
De conjuguer le verbe « étourdir ».
Cérébraux,



Mes vocables !
Gâchée, ma syllabe à rétines !
Je prononce « cravache » : elle est un léopard.
Je répète -« banquise » : elle devient comptine.
Les mots, ces comploteurs, me tiennent à l'écart



De tous leurs guets-apens.
J'annonce « mandra-

[gore » :
C'est un kilo de clous.
Je chante « autodafé » :
Serait-ce une barrique où le vin s'évapore ? «
Pivert », tu n'es qu'un mot; tu devrais m'étouffer.

«
Guillotine », pourquoi n'as-tu pas de pétales
Puisque tu pousses dans la plaine ?



Tapageur,
Mon beau « volcan » : voici trois siècles qu'il avale
Sa propre tête en feu.
Je vis de mes terreurs.



Les moindres mots voudraient signifier autre chose. «
Ivoire » égale « ébène » ; et « colombe »,

[« chardon ».
Ils m'ont désincarné.
Mes verbes s'interposent
Entre moi-même et moi.
Je demande pardon

À ceux qui m'ont connu.
Me voici le suffixe
D'un nom dénaturé.
Qu'on me dise : «
Chacal ! »
Pour insulter ma race. Ô bipède prolixe,
Je meurs de m'exprimer.
La parole est un mal.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Alain Bosquet
(1919 - 1998)
 
  Alain Bosquet - Portrait  
 
Portrait de Alain Bosquet


La chronologie

1919 March 28th: the birth in Odessa, Russia of Anatole BISK (occasionally BISQUE), son of Alexandre and Berthe Turiansky. His paternal ancestors, originally from Alsace and Belgium, established themselves in the Ukraine in the middle of the nineteenth century to work in railroad construction there. His father was a manufacturer, but also a poet. It was he who first translated Rainer Maria Rilke i

Ouvres d'alain bosquet

Poésie

AperÇu biographique


mobile-img