Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Yves Untel PASTEL

FORT-DE-FRANCE, AU MARCHÉ DU DIMANCHE - Poéme Divers



Poémes Divers de Yves Untel PASTEL




La ville montre sa belle humeur au marché du dimanche
Les marchandes de bouquets garnis et d’aromates odorants
Donnent un merveilleux théâtre d’ombre sous leurs parasols.
On dirait des abeilles fiévreuses sur des fleurs de tournesols.

Les dames en provision, panier suspendu au bras, élégantes
Regardent d’un œil averti les bouquets bellement agencés
Et avec les mots qu’il faut elles marchandent à prix émiettés
La moindre feuille de fraîcheur champêtre, le moindre fruit.

Quant aux messieurs plus enclins à courtiser qu’à économiser
Ils se laissent détrousser pour quelques tomates rougissantes
Prêts à croire que par leur charme ils ont su mériter un compliment
Qui pourtant fait parti du jeu convenu de nos marchandes de bonheur.

Jaillissant par vagues successives, une poésie en mouvante alchimie
Mêle les images merveilleuses et inattendues du verbe paysan
Aux tournures alambiquées des professeurs de littératures qui se risquent
Á de savantes conjugaisons juste pour acheter trois feuilles de laitue.

Le merveilleux se déploie dans l’entre-deux des genres divergents
Entre campagne et ville, élégance bourgeoise et poésie villageoise
Entre le klaxon des voitures qui se frayent impatiemment un chemin
Et le chant bruyant des pintades pressées de retrouver leur liberté.

La ville sans son marché ne serait rien, juste du béton et de l’acier.
Et si le marché n’amenait vie et merveille jusqu'aux étals citadins,
Comment donc ces messieurs des bureaux trouveraient-ils à courtiser
D’autres créatures plus sauvages que les bourgeoises trop bien vêtues ?

Et comment nos belles de la ville combleraient leur si puissant désir
De soumettre l’ardeur de ses nègres magnifiques aux mains calleuses,
Ceux-là mêmes dont la rudesse laisse augurer la virilité de l’étreinte ?
Bénissons donc cet instant où le pays s’enlace en son intime diapason.


Et voilà que Midi sonne, la ruche marchande peu à peu s’apaise.
Les bourses se vident devant les étals de plus en plus clairsemés.
Les acheteurs de la dernière heure, hantent les allées, le flair avisé.
Les bonnes affaires se traitent quand retombent les ardeurs.

Mado, la marchande d’igname, cède un joli lot pour presque rien
Elle fait le bonheur de Firmine et de ces convives pour le déjeuner
La chanceuse est récompensée de sa ténacité ; demain encore elle sera là !
Dans cette joute de patience nul ne perd, tout le monde est gagnant.

Midi et demi, le régisseur siffle la fermeture prochaine du marché
Treize heures, tout doit disparaître, les marchands et leurs cageots
Une autre ruche énergique et pressée chasse joyeusement la première
Une armée de ballets et de jets d’eau en un clin d’œil escamote les détritus.

Et qui sait pourquoi, c’est à cette heure que le petit Jules et sa bande,
Hantent assidûment les travées, le nez dans leurs chaussures ?
Parce que forcément à chaque fois, c’est l’heure de l’aubaine :
Deux ou trois sous reluisant échappés des bourses font leur bonheur.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Yves Untel PASTEL

Liste des auteurs
poètes classiques
A B C D E
F G H I J
K L M N O
P Q R S T
U V W X Y
Z        



Liste des poètes moderne