Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Tristan Janco

Mémoire du mois d'aoÛt - Poéme


Poéme / Poémes d'Tristan Janco





Dans la forêt, non loin d'une rivière

Le convoi s'arrête pour une courte halte

Se reposer, disent-ils, mais vite les tortionnaires

Ordonnent aux suppliciés de creuser une fosse



Vieillards exténués, enfants apeurés, femmes désincarnées

Murmurent un sanglot de détresse

Dans cet espace clos, non loin du champs de maïs



Ils tombent comme une tornade en longues files

Le ventre terrestre les accueillent comme un lit

Après la danse sanglante des mitrailleuses

Déluge de feu au milieu du bois calciné

Les aïeuls sont habillés du crissement du plomb

Des corps agonisent, des mères serrent encore les enfants

Forêt fumante où dorment sans cercueils
Recroquevillés, les habitants arrachés aux bourgades
De l'enfance du poète et de l'historien

Sur le chemin de la mémoire du mois d'août
Brûlent les soleils du
Yiddishland disparu










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Tristan Janco
(? - ?)
 
  Tristan Janco - Portrait  
 
Portrait de Tristan Janco