Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Tristan Janco

Mémoire de feu - Poéme


Poéme / Poémes d'Tristan Janco





L'électricité crie dans le noir de la nuit

Elle crie sa victoire avec netteté

Sa victoire contre la nuit obtenue avec des flèches rouges

Avec des rayons fixes comme des jours d'été

Dans le désert où rien ne bouge

Où il n'y a nulle trace d'humanité



Je sens le fer qui gémit sur la terre

Le train qui presse des voies ferrées

Et le bruit de mille tonnerres

M'effraie et me plonge dans l'irréalité

Où les fantômes des cadavres brûlés

M'accablent et me demandent : souviens-toi !



Souvenez-vous de nos mémoires de feu

Nous qui autrefois priions un
Dieu si grand

Nous qui avions des espoirs si vifs

Nous qui croyions en un
Dieu si puissant

Souvenez-vous et n'oubliez jamais

Les
Auschwitz — sans nulle trace d'humanité

Je sens l'odeur de cigarettes anciennes



La cendre de mes frères dans l'air d'été

Et je vois la fumée des cadavres brûlés

Qui envahit ma demeure de témoin oublié

Dans l'air je sens des nuances d'acier jaune

Qui rappellent les étoiles d'un monde de fantômes

Jamais nous n'oublierons vos mémoires de feu



Vous qui autrefois priiez un
Dieu si grand

Et tandis que vos regards poursuivront les assassins

Nous vous assurons que vos mémoires

Veilleront toujours

Comme l'électricité dans la nuit noire










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Tristan Janco
(? - ?)
 
  Tristan Janco - Portrait  
 
Portrait de Tristan Janco