Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Tristan Corbière

Petit coucher - Poéme


Poéme / Poémes d'Tristan Corbière





Le plaisir te fut dur, mais le mal est facile

Laisse-le venir à son jour. À la
Muse camarde on ne fait plus d'idylle;

On s'en va sans l'Ange — à son tour —



Ton drap connaît ta plaie, et ton mouchoir ta bile;

Chante, mais ne fais pas le four
D'aller sur le trottoir quêter dans ta sébile,

Un sou de dégoût ou d'amour.

Tu vas dormir : voici le somme qui délie;
La
Mort patiente joue avec ton agonie,

Comme un chat maigre et la souris;

Sa patte de velours te pelotte et te lance.
Le paroxysme encor est une jouissance :

Tords ta bouche, écume... et souri».



Moi ton amour? —
Jamais! —
Je fesais du théâtre
Et pris sous le manteau d'Arlequin, par hasard
Le sourire écaillé qui lézardait ton plâtre
La goutte de sueur que buvait ton bon fard.



Ma langue s'empâtait à cette bouillie acre
En riant nous avons partagé le charbon
Qui donnait à tes yeux leur faux reflet de nacre, À tes cils d'albinos le piquant du chardon.



Comme ton havanais, sur ta lèvre vermeille
J'ai léché bêtement la pommade groseille
Mais ta bouche qui rit n'a pas saigné... jamais.

L'amende est de cent sous pour un baiser en scène...

Refais ton tatouage, ô
Jézabel hautaine,

Je te le dis sans fard, c'est le fard que j'aimais.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Tristan Corbière
(1845 - 1875)
 
  Tristan Corbière - Portrait  
 
Portrait de Tristan Corbière


Biographie / Œuvres

1845.