Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Tristan Corbière

Lettre du mexique - Poéme


Poéme / Poémes d'Tristan Corbière





«
Vous m'avez confié le petit. —
Il est mort.
Et plus d'un camarade avec, pauvre cher être.
L'équipage... y en a plus.
Il reviendra peut-être
Quelques-uns de nous. —
C'est le sort —

«
Rien n'est beau comme ça —
Matelot — pour un

[homme;
Tout le monde en voudrait à terre —
C'est bien sûr.
Sans le désagrément.
Rien que ça :
Voyez comme
Déjà l'apprentissage est dur.

«
Je pleure en marquant ça, moi, vieux
Frèrs-la-côte.
J'aurais donné ma peau joliment sans façon
Pour vous le renvoyer...
Moi, ce n'est pas ma faute :
Ce mal-là n'a pas de raison.

«
La fièvre est ici comme
Mars en carême.
Au cimetière on va toucher sa ration.
Le zouave a nommé ça —
Parisien quand-même —
Le jardin d'acclimatation.

«
Consolez-vous.
Le monde y crève comme mouches. ...J'ai trouvé dans son sac des souvenirs de cœur :
Un portrait de fille, et deux petites babouches,

Et : marqué —
Cadeau pour ma sœur. •—

«
Il fait dire à maman : qu'il a fait sa prière.

Au père : qu'il serait mieux mort dans un combat.

Deux anges étaient là sur son heure dernière :
Un matelot.
Un vieux soldat. »











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Tristan Corbière
(1845 - 1875)
 
  Tristan Corbière - Portrait  
 
Portrait de Tristan Corbière


Biographie / Œuvres

1845.