Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Tristan Corbière

La fin - Poéme


Poéme / Poémes d'Tristan Corbière





Eh bien, tous ces marins — matelots, capitaines,
Dans leur grand
Océan à jamais engloutis-Partis insoucieux pour leurs courses lointaines
Sont morts — absolument comme ils étaient partis.

Allons ! c'est leur métier ; ils sont morts dans leurs bottes !
Leur boujaron * au cœur, tout vifs dans leurs capotes...


Morts...
Merci : la
Camarde a pas le pied marin;
Qu'elle couche avec vous : c'est votre bonne femme...


Eux, allons donc :
Entiers! enlevés par la lame!

Ou perdus dans un grain...

Un grain... est-ce la mort ça? la basse voilure
Battant à travers l'eau! — Ça se dit encombrer...
Un coup de mer plombé, puis la haute mâture
Fouettant les flots ras — et ça se dit sombrer.


Sombrer —
Sondez ce mot.
Votre mort est bien pâle
Et pas grand'chose à bord, sous la lourde rafale...

Pas grand'chose devant le grand sourire amer
Du matelot qui lutte. —
Allons donc, de la place! —
Vieux fantôme éventé, la
Mort change de face' :
La
Mer!...

Noyés? —
Eh allons donc!
Les noyés sont d'eau douce.


Coulés! corps et biens!
Et, jusqu'au petit mousse,
Le défi dans les yeux, dans les dents le juron!

À l'écume crachant une chique râlée,
Buvant sans hauts-de-cœur la graruTtasse salée... —
Comme ils ont bu leur boujaron. —


Pas de fond de six pieds, ni rats de cimetière :
Eux ils vont aux requins!
L'âme d'un matelot
Au lieu de suinter dans vos pommes de terre,

Respire à chaque flot.


Voyez à l'horizon se soulever la houle;

On dirait le ventre amoureux
D'une fille de joie en rut, à moitié soûle...

Ils sont là ! —
La houle a du creux. —

— Écoutez, écoutez la tourmente qui beugle!...
C'est leur anniversaire —
II revient bien souvent — 0 poète, gardez pour vous vos chants d'aveugle;


Eux : le
De profundis que leur corne le vent.

...Qu'ils roulent infinis dans les espaces vierges!.»

Qu'ils roulent verts et nus,
Sans clous et sans sapin, sans couvercle, sans cierges.,


Laissez-les donc rouler, terriens parvenus!











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Tristan Corbière
(1845 - 1875)
 
  Tristan Corbière - Portrait  
 
Portrait de Tristan Corbière


Biographie / Œuvres

1845.