Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Tristan Corbière

ébauche de nouvelle - Prose


Prose / Poémes d'Tristan Corbière





le monde envers sa femme. Le temps

passe aussi. J'ai cent sous. Et je vois à travers les vitres des gens qui mangent . J'entre avec mon argent. On me met à la porte. C'était une famille de lampiste dînant dans son arrière-boutique.



pourquoi ne serais-je pas lampiste Je saurais dîner!

De ces gens qui n'ont jamais le sou, et qui, réunis quelque part font de l'argent et s'asseyant sur le velours, crient : un bock! et commencent une partie de piquet au bruit assourdissant de 10 billards. Elle restait là, rêvant à ces bonnes soirées des mauvais jours dans l'atelier parmi les bohèmes de Murger, sa bohème à elle, si fine dans le malheur, sa philosophie dans leur abrutissement, si légère dans leur cynisme













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Tristan Corbière
(1845 - 1875)
 
  Tristan Corbière - Portrait  
 
Portrait de Tristan Corbière


Biographie / Œuvres

1845.