Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Tristan Corbière

Bonne fortune et fortune - Poéme


Poéme / Poémes d'Tristan Corbière





Moi, je fais mon trottoir, quand la nature est belle,
Pour la passante qui, d'un petit air vainqueur,
Voudra bien crocheter, du bout de son ombrelle,
Un clin de ma prunelle ou la peau de mon cœur...



Et je me crois content — pas trop ! — mais il faut vivre :
Pour promener un peu sa faim, le gueux s'enivre...

Un beau jour — quel métier! — je faisais, comme ça,
Ma croisière. —
Métier!... —
Enfin,
Elle passa —
Elle qui? —
La
Passante!
Elle, avec son ombrelle!
Vrai valet de bourreau, je la frôlai... — mais
Elle

Me regarda tout bas, souriant en dessous,
Et... me tendit sa main, et...

m'a donné deux sous.

Rue des
Martyrs.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Tristan Corbière
(1845 - 1875)
 
  Tristan Corbière - Portrait  
 
Portrait de Tristan Corbière


Biographie / Œuvres

1845.