Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Tristan Corbière

à madame millet - Ode


Ode / Poémes d'Tristan Corbière





Pour répondre, madame, à vos gracieux vers,
Que ne me pousse-t-il des plumes de
Guilmers!
Dans mon estime encor si vous faites un bond,
Ma foi, vous risquez bien de crever le plafond!



Comme on mène à la foire un vieux bouc embêté
Je mène mon
Panneau vers l'immortalité;
Et quand des plats débris d'un jaunissant greffier
Je fabrique une lyre, il doit être très fier!



Mais j'ai hurlé mes vers dans tous les caboulots À la lune, au soleil, aux ondes, aux échos.
Huîtres et rossignols, marmites, violon
Répètent à l'envi : «
Voici le grefillon! »



Et que me font, morbleu, les cris et les cancans,

Les
Panneaux, les
Baquet, leurs femmes, leurs enfants?

Il me faut un greffier par jour à seriner :

Ça m'est indispensable autant que mon dîner.



Je n'ai peur de rien, moi!... pas peur du choléra,
Pas peur de la trichine, et même... et cœtera!
Qu'on déchaîne sur moi le greffe et le barreau,
Je ne me cacherai derrière aucun
Panneau!



Sachez que dans la peau d'un fils, quoique souffrant,
Loge un gredin de cœur cloué solidement,
Je n'ai pas peur de l'eau, je n'ai pas peur des cieux. ...
Ah! si! pourtant : j'ai peur de deux grands coquins

[d'yeux!



De deux grands coquins d'yeux!... vous n'en saurez pas
Agréez, s'il vous plaît, mes très humbles saluts, [plus.
Et quand voudra ma muse entonner sa chanson,
Le
Panneau vibrera!...
C'est lui le diapason!













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Tristan Corbière
(1845 - 1875)
 
  Tristan Corbière - Portrait  
 
Portrait de Tristan Corbière


Biographie / Œuvres

1845.