Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Théophile Gautier

Tristesse en mer - Poéme


Poéme / Poémes d'Théophile Gautier






Les mouettes volent et jouent ;

Et les blancs coursiers de la mer,
Cabrés sur les vagues, secouent
Leurs crins échevelés dans l'air.


Le jour tombe ; une fine pluie Éteint les fournaises du soir,

Et le steam-boat crachant la suie
Rabat son long panache noir.


Plus pâle que le ciel livide

Je vais au pays du charbon.
Du brouillard et du suicide ; —
Pour se tuer le temps est bon.


Mon désir avide'se noie

Dans le gouffre amer qui blanchit ;
Le vaisseau danse, l'eau tournoie,
Le vent de plus en plus fraîchit.


Oh !
Je me sens l'âme navrée ;
L'Océan gonfle, en soupirant.
Sa poitrine désespérée,

Comme un ami qui me comprend.


Allons, peines d'amour perdues*,
Espoirs lassés, illusions

Du socle idéal descendues,

Un saut dans les moites sillons !


A la mer, souffrances passées,
Qui revenez toujours, pressant
Vos blessures cicatrisées

Pour leur faire pleurer du sang !


A la mer, spectres de mes rêves,
Regrets aux mortelles pâleurs

Dans un cœur rouge ayant sept glaives,
Comme la
Mère des douleurs.


Chaque fantôme plonge et lutte
Quelques instants avec le flot
Qui sur lui ferme sa volute
Et l'engloutit dans un sanglot.

io
Lest de l'âme, pesant bagage,
Trésors misérables et chers,
Sombrez, et dans votre naufrage
Je vais vous suivre au fond des mers !


Bleuâtre, enflé, méconnaissable,
Bercé par le flot qui bruit,
Sur l'humide oreiller du sable
Je dormirai bien cette nuit !

...
Mais une femme dans sa mante
Sur le pont assise à l'écart.
Une femme jeune et charmante
Lève vers moi son long regard.


Dans ce regard, à ma détresse
La
Sympathie aux bras ouverts
Parle et sourit, sœur ou maîtresse.
Salut, yeux bleus ! bonsoir, flots verts !


Les mouettes volent et jouent ;

Et les blancs coursiers de la mer,
Cabrés sur les vagues, secouent
Leurs crins échevelés dans l'air.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Théophile Gautier
(1811 - 1872)
 
  Théophile Gautier - Portrait  
 
Portrait de Théophile Gautier


Biographie

Théophile Gautier fait ses études aux lycées Louis-le-Grand et Charlemagne. Il se lie avec Gérard de Nerval, qui l'introduit dans les milieux littéraires. Optant pour la poésie, Gautier fonde le 'Petit Cénacle' en 1830 et publie son premier recueil de Poésies. En 1833, un recueil de contes 'Les Jeune-France' et la préface de son premier roman 'Mademoiselle de Maupin' (1835) dénoncent avec esprit e

Orientation bibliographique

Diverses notices me font naître à Tarbes, le 31 août 1808. Cela n'a rien d'important, mais la vérité est que je suis venu au monde où je devais faire tant de copie, le 31 août 1811... - Ses ascendants proviennent de tous les coins de France. Pierre-Julcs-Théophile aura deux sœurs cadettes qui ne le lâcheront plus jusqu'à sa mon. Son père étant nommé chef de bureau aux octrois de Paris en 1814, les