Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 
 

Théophile Gautier

La fleur qui fait le printemps - Poéme


Poéme / Poémes d'Théophile Gautier




Les marronniers de la terrasse
Vont bientôt fleurir, à
Saint-Jean,
La villa d'où la vue embrasse

Tant de monts bleus coiffés d'argent.


La feuille, hier encor pliée
Dans son étroit corset d'hiver,
Met sur la branche déliée

Les premières touches de vert.

s
Mais en vain le soleil excite

La sève des rameaux trop lents ;
La fleur retardataire hésite
A faire voir ses thyrses blancs.


Pourtant le pêcher est tout rose,
Comme un désir de la pudeur,

Et le pommier, que l'aube arrose.
S'épanouit dans sa candeur.


La véronique s'aventure

Près des boutons d'or dans les prés,
Les caresses de la nature
Hâtent les germes rassurés.


II me faut retourner encore
Au cercle d'enfer où je vis ;
Marronniers, pressez-vous d'éclore
Et d'éblouir mes yeux ravis.


Vous pouvez sortir pour la fête
Vos girandoles sans péril,

Un ciel bleu luit sur votre faîte
Et déjà mai talonne avril.


Par pitié, donnez cette joie
Au poëte dans ses douleurs.
Qu'avant de s'en aller, il voie
Vos feux d'artifice de fleurs.


Grands marronniers de la terrasse,
Si fiers de vos splendeurs d'été,
Montrez-vous à moi dans la grâce
Qui précède votre beauté.


Je connais vos riches livrées,
Quand octobre, ouvrant son essor.
Vous met des tuniques pourprées,
Vous pose des couronnes d'or.


Je vous ai vus, blanches ramées,
Pareils aux dessins que le froid
Aux vitres d'argent étamées
Trace, la nuit, avec son doigt.


Je sais tous vos aspects superbes,
Arbres géants, vieux marronniers,
Mais j'ignore vos fraîches gerbes
Et vos arômes printaniers.


Adieu, je pars lassé d attendre ;
Gardez vos bouquets éclatants !
Une autre fleur suave et tendre.
Seule à mes yeux fait le printemps.


Que mai remporte sa corbeille !
Il me suffit de cette fleur ;
Toujours pour l'âme et pour l'abeille
Elle a du miel pur dans le cœur.


Par le ciel d'azur ou de brume
Par la chaude ou froide saison,
Elle sourit, charme et parfume,
Violette de la maison !






Théophile Gautier
(1811 - 1872)
 
  Théophile Gautier - Portrait  
 
Portrait de Théophile Gautier

Biographie

Théophile Gautier fait ses études aux lycées Louis-le-Grand et Charlemagne. Il se lie avec Gérard de Nerval, qui l'introduit dans les milieux littéraires. Optant pour la poésie, Gautier fonde le 'Petit Cénacle' en 1830 et publie son premier recueil de Poésies. En 1833, un recueil de contes 'Les Jeune-France' et la préface de son premier roman 'Mademoiselle de Maupin' (1835) dénoncent avec esprit e

Orientation bibliographique

Diverses notices me font naître à Tarbes, le 31 août 1808. Cela n'a rien d'important, mais la vérité est que je suis venu au monde où je devais faire tant de copie, le 31 août 1811... - Ses ascendants proviennent de tous les coins de France. Pierre-Julcs-Théophile aura deux sœurs cadettes qui ne le lâcheront plus jusqu'à sa mon. Son père étant nommé chef de bureau aux octrois de Paris en 1814, les





 

Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.