Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Sully Prudhomme

Biographie, œuvres de Sully Prudhomme


Poésie / Poémes d'Sully Prudhomme





Naissance: Paris le 16 mars 1839
Décès: Châtenay-Malabry le 6 septembre 1907

René Armand François Prudhomme, dit Sully Prudhomme, est un poète français, premier lauréat du Prix Nobel de littérature en 1901.

Fils d'un commerçant, René Armand Prudhomme, qui souhaite devenir ingénieur, fait ses études au lycée Bonaparte, mais une crise d'ophtalmie le contraint à les interrompre. Après avoir travaillé au Creusot dans les usines Schneider, il se tourne vers le droit et travaille chez un notaire. L'accueil favorable réservé à ses premiers poèmes au sein de la Conférence La Bruyère, société étudiante dont il est membre, encourage ses débuts littéraires.



René François Armand Prudhomme, dit Sully Prudhomme, né en 1839, après une enfance triste, auprès d'une mère que le veuvage a rendu mélancolique, devient ingénieur au Creusot ; puis, déçu par la mécanique, il travaille chez un notaire, avant de pouvoir, grâce à un héritage, se consacrer à la littérature, sa seule vocation ; il compose Stances et Poèmes (1865). Engagé dans la garde mobile, pendant la guerre franco-prussienne de 1870, il est victime d'une attaque de paralysie dont il gardera, toute sa vie, des séquelles. Un amour déçu le détourne du mariage... Cet homme dont le quotidien est plutôt gris a toutefois le plaisir de savoir que, dans tous les salons, les jeunes filles récitent son célèbre poème,

Son éditeur, Alphonse Lemerre, commande au peintre Paul Chabas (1869-1937), une vaste composition peinte représentant tous les poètes du Parnasse que Lemerre édite. Ce tableau, Chez Alphonse Lemerre, à Ville D'Avray a été exposé au salon de 1895 et représente, autour de Sully-Prudhomme, Paul Bourget, Alphonse Daudet, Leconte de Lisle ou Jules Breton. La toile a pour cadre le jardin de la propriété que l'éditeur a achetée au père de Camille Corot en 1875.

Ainsi en est-il avec le recueil des 'Solitudes' de 1869. Mais la traduction de l'oeuvre de Lucrèce pousse Sully Prudhomme à adopter une autre voie : il décide de mettre en vers ses méditations sur la science et la philosophie, dans de grandes compositions didactiques. La 'Justice' suivie du 'Bonheur' lui valent d'être accueilli par l'Académie française en 1881, avant de recevoir le Nobel de littérature en 1901. Belle consécration, même si l'esthétique poétique actuelle tend à privilégier l'étude des oeuvres de ses confrères (Leconte de Lisle, Coppée, Dierx, Banville.. .) au détriment des siennes.

Le Vase brisé. Il traduit le poète latin Lucrèce, précurseur de Virgile, et réalise une étude sur Pascal. Ami des parnassiens, il refuse toutefois d'en être le disciple, et sa poésie intimiste lui procure une vaste audience. Dans ses poèmes philosophiques, il tente de réconcilier conscience et science moderne... En 1881, il est élu à l'Académie française et reçoit le premier prix Nobel de littérature, en 1901. Il meurt à Châtenay-Malabry en 1907.

Œuvres

Poésie:

Stances et Poèmes, 1865
Les Épreuves, 1866
Les Solitudes, 1869
Les Destins, 1872
La France, 1874
Les Vaines tendresses, 1875
Le Zénith, poème, 1876 (aux victimes de l'ascension du ballon Le Zénith)
La Justice, 1878 Texte en ligne
Poésie, 1865-1888
Le Prisme, poésies diverses, 1886
Le Bonheur, 1888
Épaves, 1908

Philosophie

La Vraie Religion selon Pascal : recherche de l'ordonnance purement logique de ses Pensées relatives à la religion : suivie d'une analyse du Discours sur les passions de l'amour, Paris, F. Alcan, Bibliothèque de philosophie contemporaine, 1905







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Sully Prudhomme
(1839 - 1907)
 
  Sully Prudhomme - Portrait  
 
Portrait de Sully Prudhomme