Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Stéphane Mallarmé

Dédicaces, autographes, envois divers - Poéme


Poéme / Poémes d'Stéphane Mallarmé





Muse, qui le distinguas,
Si tu savais calmer l'ire
De mon confrère
Degas,
Tends-lui ce discours à lire.

*

Louys, ta main frappe au
Sépulcre d'Edgar
Poe.

*

Attendu qu'elle y met du sien
Vous feuillets de papier frigide
Exaltez moi musicien
Pour l'âme attentive de
Gide.

*

Exultez le temps mes vers
Que vous accorde une œillade
Bénigne et pas de travers
Le princier
Laurent
Tailhade.

*

Envoi de «
Vaihek »

Amusez-vous du
Conte
Arabe
Moi, me voici devenu crabe.

*

O fin de siècle,
Hiver ! qui truques
Tout, excepté le sentiment,
J'aime quand tu mets gentiment
Aux camélias des perruques.

.

*

Vous n'avez pas su nos
Exclamations :
Qu'est-ce ?
Avant tant de pruneaux
Savourés dans leur caisse.

*

N'allez pas, je le dis en vers, Éva, rose qu'on ne cueille
Regarder la vie à travers
La fumée acre du
Bird's eye.



Contre de l'huile de marsouin
Ou même un peu de goudron, vais-je
Exporter par un touchant soin
Mes deux fillettes en
Norvège ?



Vous me prêtâtes une ouïe
Fameuse et le temple ; si du
Soir la pompe est évanouie
En voici l'humble résidu.



Tant que tarde la saison
De juger ce qu'on fait rance,
Je voudrais à sa maison
Rendre cette conférence.

*

Quatrain écrit pour un ami (Edouard
Manet) qui voulait meure deux ou quatre vers au-dessous d'un
Polichinelle peint par lui

Polichinelle danse avec deux bosses, mais
L'une touche le sol et l'autre l'Empyrée :
Par ce double désir âme juste inspirée,
Vois-le qui toujours tombe et surgit à jamais.

.

*

Improvisé en écoulant la musique de
Léopold
Dauphin

...Ainsi qu'une fontaine à la fois gaie et noire Étincelle de feux, se cache sous le pin
Coule et veut être celle où la brise ira boire,
Un sanglot noté par
Chopin.



En renvoyant un filet à poisson

Je vous rends,
Claire de
Paris
Le filet, mais j'y reste pris.

»

Je souhaite que ce buvard
Sous tes doigts devienne bavard.

*

Il ne faut pas serrer les nœuds de ton hymen
Avant d'avoir passé le sinistre examen.

*

J'ai mal à la dent
D'être décadent !

*
Sur un panneau communal désaffecté à la campagne

Salut ô passant qui te fiches
De lire en été les affiches !

*

A une petite chienne.

Quand je passe qui rit à
Mes caresses, toi,
Rita.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Stéphane Mallarmé
(1842 - 1898)
 
  Stéphane Mallarmé - Portrait  
 
Portrait de Stéphane Mallarmé


Biographie / chronologie

1842
- Naissance à Paris le 18 mars.

Orientation bibliographique / Œuvres

Œuvres :
Deux éditions principales, disponibles en librairie : Poésies, Edition de 1899, complétée et rééditée en 1913, puis à plusieurs reprises par les éditions de la Nouvelle Revue française (Gallimard) ; préface de Jean-Paul Sartre pour l'édition dans la collection « Poésie/Gallimard ». Œuvres complètes (un volume), Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard. Edition établie et présentée par