Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Siméon-Guillaume de La Roque

Sonnet xviii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Siméon-Guillaume de La Roque





Un soir dans le palais qui décore la
France,
Amour me conduisit pour voir les majestez,
Les pompes, les honneurs, et les solennitez,

Hymen commandoit plein de resjouyssance.



Ce
Dieu qui me guidoit pour juger de la dance,
Me dit, jette au jour d'huy tes yeux de tous costez,
Et choisis maintenant de toutes ces beautez
Sur laquelle tu veux mettre ton espérance.



Puis, regardant par tout ces objets gracieux,

Je ne peus rien trouver qui plust tant à mes yeux,
Que le premier subject de mes peines cruelles.



Rien ne sçeut de mon cœur la constance briser :
Car toutes à la fin sans vous le déguiser,
Paroissoient de beaucoup plus douces et moins belles.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Siméon-Guillaume de La Roque
(1551 - 1611)
Portrait de Siméon-Guillaume de La Roque