Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Siméon-Guillaume de La Roque

Sonnet xli - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Siméon-Guillaume de La Roque





Je suis le triste
Oyseau de la nuit solitaire,
Qui fuis sa mesme espèce & la clairté du jour,
Du nouveau transformé par la rigueur d'Amour,
Pour annoncer l'augure au malheureux vulgaire.



J'appren à ces rochers mon tourment ordinaire,
Ces rochers plus secrets où je fay mon séjour :
Quand j'achève ma plainte,
Echo parle à son tour,
Tant que le jour survient qui soudain me fait taire.



Depuis que j'ay perdu mon soleil radieux,

Un voile obscur & noir me vint bander les yeux
Me dérobant l'espoir qui maintenoit ma vie.



J'estois jadis un
Aigle auprès de sa clairté,
Telle forme à l'instant du sort me fut ravie,
Je vivois de lumière, ore d'obscurité.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Siméon-Guillaume de La Roque
(1551 - 1611)
Portrait de Siméon-Guillaume de La Roque