Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Siméon-Guillaume de La Roque

Sonnet lxxxviii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Siméon-Guillaume de La Roque





Ruisseau doux et plaisant qui prend son origine
Des endroits les plus beaux de ces bois fleurissant,

Narcize, à tous coups se va rafrechissant,
En l'esté chaleureux que le soleil domine :



Mais toy, qui ne s'en chaut de faveur si divine,
Helas ! pourquoy le
Ciel t'en rend il jouyssant ?
Et qu'il ne change icy, mon malheur finissant,
Ce misérable corps en onde cristalline ?



O bienheureux
Alphee * en tes belles
Amours
Qui suivant
Aretuse * en maints divers destours
S'en trouva jouyssant par sa dernière preuve,



Aussi je vais ma nymphe en cent lieux poursuivant,
Agité d'un désir aussi prompt que le vent
Mais plus près j'en pense estre et plus loin je m'en treuve.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Siméon-Guillaume de La Roque
(1551 - 1611)
Portrait de Siméon-Guillaume de La Roque