Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Siméon-Guillaume de La Roque

Sonnet lxxxii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Siméon-Guillaume de La Roque





Dafné cruelle
Nymphe arreste en la carrière,
Helas ! reprends halaine, où vais tu si courant ?
Chacun m'aime, m'adore, et me va désirant,
Et parmi les humains
Dafné seulle m'est fiere.



Je suis le chef doré qui porte la lumière,
Qui conduit l'Univers, et le va décorant,
Pourquoy fuis-tu si tost du jour te séparant,
Comblant mon cœur d'ennuis, et mes yeux de

[poussière ?



Regarde misérable et cruelle beauté,
N'es tu pas redevable à ma seule clarté
Qui sert à tes beaux yeux d'une escorte fidelle ?



Ainsi disoit
Phoebus aiguillonné d'Amour,
Qui soudain eust donné le chariot du jour
Pour jouir une nuit d'une chose si belle.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Siméon-Guillaume de La Roque
(1551 - 1611)
Portrait de Siméon-Guillaume de La Roque