Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Siméon-Guillaume de La Roque

Sonnet lxxxi - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Siméon-Guillaume de La Roque





Faut il que ces vallons, doux séjours du silence,
Soient tant importunez des accens de ma voix ?
Helas quel tort m'ont fait les arbres de ces bois
Pour leur graver au sein le suject qui m'offense,



Pourquoy faut-il ainsi poussé d'impatience

Que je trouble ces eaux tous les jours tant de fois ?
Pourquoy vay je fouler les fleurs en tant d'endroits,
Ces fleurs qui de mon mal souffrent par innocence :



Mais vous m'excuserez arbres, fleurs, et ruisseaux,
Qui sentistes jadis les semblables travaux
Quand vostre corps sensible erroit parmy ces plaines,



Pour ne sentir le mal qui me rend langoureux,
Helas ! je voudrais estre en ces bois ombrageux
Transformé comme vous pour ne sentir mes peines.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Siméon-Guillaume de La Roque
(1551 - 1611)
Portrait de Siméon-Guillaume de La Roque