Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Siméon-Guillaume de La Roque

Amours de caritee - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Siméon-Guillaume de La Roque





Le cruel basilic tout soudainement tue,

Ou de près ou de loin, tous ceux-là qu'il peut voir :
De mesme la beauté qui me fait tant douloir
Ravit l'ame du corps d'un regard de sa veue.



Le venimeux aspic d'une adresse cogneue,
Bouche l'oreille au chant qui le veut décevoir,
Et quand par ma douleur je vous pense esmouvoir,
Las ! vous faictes la sourde à ma plainte entendue.



La
Sereine aussi bien fait périr le nocher,

De mesme vos discours dont je me sens toucher
Me font ore abismer sans une mer de peine :



Ainsi pour mon malheur ce rigoureux
Amour
Vous a fait
Basilic, fier
Aspic, et
Sereine
Pour me faire mourir cent mille fois le jour.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Siméon-Guillaume de La Roque
(1551 - 1611)
Portrait de Siméon-Guillaume de La Roque