Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Salomon Certon

Sonnet y - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Salomon Certon





Muse, n'est-ce point là le feu de la
Déesse
Qui naquit autrefois dans le champ marinier,
Qui d'un brin esclattant ne nous veut denier
Du matin qui s'en vient le jour et la promesse ?



Desja, n'est-ce point là l'aurore qui se dresse,
Vermillonnant ces
Montz de son char saffranier ?
Desja, n'est-ce point là le flambeau journalier,
Qui des plus petits feux faict escarter la presse ?



C'est le jour, pour le seur, c'est le poinct asseuré
Qui te délivrera du combat enduré,
Qui t'a toute la nuict fait guerre si cruelle,



Mon œil ne veille plus, tu es en liberté
De t'aller reposer par le jour appresté,
Qui t'annonce le point de ceste aube nouvelle.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Salomon Certon
(1552 - 1620)
 
  Salomon Certon - Portrait  
 
Portrait de Salomon Certon