Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Salomon Certon

Sonnet e - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Salomon Certon





Pour ravir la toison quand
Jason courut tant,
Il y parvint pour vray, l'arrachant hors du sort
Aux dragons flamboyans : mais non par son bras fort,
Non par son bac fatal à
Cholsos loing flottant.



Car sans ton fort pouvoir qui luy fut assistant
O doux fils à la nuict, par un subtil confort,
Son cas alloit fort mal : il y fust plustost mort,
Tant grand, tant bon fust-il, tant hardy combattant.



Donc à toy qui luy fis un tant amy support,
Un tour tant à propos, un tant divin confort,
Soit un los immortel à tout jamais acquis.

Mais tu luy fus amy, quand ton appast charmoit
Son dragon, qui sans fin son tison allumoit,
Il jouit donc par toy du prix ainsi conquis :










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Salomon Certon
(1552 - 1620)
 
  Salomon Certon - Portrait  
 
Portrait de Salomon Certon