Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Roland Dubillard

La rencontre - Poéme


Poéme / Poémes d'Roland Dubillard





Il a fait semblant de ne pas m'avoir vue,

mais j'ai bien vu alors qu'il ne voyait plus rien ;

et quand je l'ai perdu de vue,

pendant des heures on m'a dit

qu'il a fait le tour de la ville.



Je l'ai vu revenir de très loin et tout droit, à la façon de ceux qui savent bien mon nom ; et il m'a dit aussi ce qu'ils me disent.
Mais je ne l'ai pas entendu.

Je me disais : que va-t-il devenir ?



Combien de temps demanderont ses yeux?

Car ses yeux n'étaient pas de leur couleur encore;

en sorte que ce n'est pas vraiment lui

qu'à cet instant j'ai vu venir,

mais sa main, qui venait la première'.

Et tandis que cette main à la rencontre de la mienne

venait, pareille à des oiseaux,

j'aurais juré que je devenais pâle et trouble

comme font, lorsqu'on les approche, les nuages.

Et lui, voyant que je ne pensais plus à moi

que comme à des oiseaux qui s'éloignent,

il dit : je reviendrai.



Et il a redressé autour de moi les champs,

et remis le bois dans ses lignes.

Et les reflets des feuilles dans le fleuve

il les a replacés dans l'arbre avec les feuilles ;

et sous ses yeux le fleuve a retrouvé sa vraie couleur.

Et moi, quand il est revenu, j'étais très claire,

à cause de mes yeux qu'il regardait.

Et quand il m'a touchée, j'ai vu s'ouvrir,

à leur vraie place, et calmes,

les cailloux du jardin comme une maison blanche.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Roland Dubillard
(1923 - 2011)
 
  Roland Dubillard - Portrait  
 
Portrait de Roland Dubillard