Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Remy de Gourmont

Le sourire - Poéme


Poéme / Poémes d'Remy de Gourmont





Le sourire est un dieu charmant, fait de lumière,

limpide comme un vol subtil de libellules

qui rase l'eau dormante et bleue des étangs clairs.



Frère d'Eros, il a des ailes minuscules,

et les flèches d'argent qui peuplent son carquois

ont pour pointe un désir et pour barbe un scrupule.



Ses yeux sont des saphirs profonds comme une joie d'amour ; mais l'âme est si mobile, et la prunelle, qu'ils ont l'air d'améthystes, parfois, ou de turquoises



La bouche est rouge : elle a la grâce d'un pastel et le pourpre très doux, le velours d'un œillet ; quand elle s'ouvre, il en sort soudain une étincelle.



Le
Sourire est un dieu charmant, mais si léger qu'il ne pèse pas plus qu'un oiseau sur la branche : il voltige et s'envole, il déjoue les aguets ;



Quand on croit le tenir, il a fui comme un charme ; pas plus qu'une hirondelle on ne le prend au piège, et s'il était captif, il mourrait dans sa cage.

Il s'arrête par-ci, par-là, dans un cortège

d'éclairs, jase, et d'un seul coup d'aile part en fusée,

revient, s'en va, toujours courant le même arpège.

Il est rayon, il est parfum, il est rosée.

Il a des feux d'étoiles et des phosphorescences

plus douces que la lune dans la nuit argentée :

lueurs comme on en voit présager la naissance et les splendeurs encore confuses de l'aurore ; éclat tout plein de grâces, mélancolies, pimpances.

Il est rayon, il a dans son écrin les ors,

les violets, les roses, les bleus, les améthystes,

les sinoples royaux, les vairs de cyclamor ;

les couleurs, mais surtout les nuances : les tristes, ces fleurs décolorées par l'excès des soleils ; les joyeuses, ardeurs dont la gamme s'irise ;

les blancs trempés un peu de chair ou de vermeil, les outre-mer, ces rêves, et les glauques divins dont on faisait les yeux moqueurs des immortels

(Oh ! les piquants bitumes sous des yeux libérons ! oh ! les piquants cinabres sur des joues de déesses !
Diane aux genoux blancs, et toi
Vénus aux seins



prédestinés !).
Il est parfum, et les caresses des odeurs souveraines épicent ses baisers, tendresses parfumées, affolantes tendresses !

Il est rayon, il est parfum, il est rosée :

la gaîté de ses yeux se voile sous des larmes,

souvent, pour étonner l'âme dépaysée,

qui ne sait plus, se trouble, hésite et se demande si c'est la joie qui ment, ou si c'est la douleur, ou si le
Dieu n'est pas triste et gai, tout ensemble.

Le
Sourire est un dieu charmant, un
Dieu charmeur.



ENVOI

Ah ! chère, il t'aime, il vient à toi, en roi.
Il installe son charme et sa grâce en ton cœur :
Il adore tes lèvres, tes yeux, tes dents, ta voix.



- novembre .









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Remy de Gourmont
(1858 - 1915)
 
  Remy de Gourmont - Portrait  
 
Portrait de Remy de Gourmont


Biographie

Remy de Gourmonl est né le 4 avril 1858 à Bazoche-en-Houlmes (Orne).