Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Raymond Queneau

Le feu - Poéme


Poéme / Poémes d'Raymond Queneau





Lorsqu'en léthargie le fen sommeille

sous les herbes rasées par les brûlures

les pas dans la poussière des hommes

font lever les oiseaux assoiffés

gymnote rouge la flamme parle

aux sons qui s'enfuient des poteaux électriques

l'été qui donc meurt sous le chaume?

l'hiver jette la braise dans le foyer gelé

reliquaire brillant d'anciens soleils

déteints dans les terrains bourbeux

le charbon se casse comme la nuit des pôles

moucherons endormis dans l'ombre de
Dantzig

bulle enclavée dans le cristal

palimpsestes témoins des forêts de résine

l'activité du ciel donne à tous le courage

sous la poussée du tonnerre vers le sol

l'éclair une fleur un cœur

dans nos mains rouge comme est devenu











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Raymond Queneau
(1903 - 1976)
 
  Raymond Queneau - Portrait  
 
Portrait de Raymond Queneau


Chronologie

Queneau est un véritable acrobate. Toute sa vie il a jonglé entre littérature et mathématiques, malice et gravité, tendresse et dérision, érudition et innocence, humour et amertume. Curieux de tout, il a eu également une ambition encyclopédique ( la liste des livres qu'il a lus et souvent relus, établie par lui même, comporte environ 10 000 titres) et une volonté d'effectuer une recherche permanen