Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pierre de Ronsard

élégie du printemps - Élégie


Élégie / Poémes d'Pierre de Ronsard





Printemps, fils du
Soleil, que la terre arrosée
De la fertile humeur d'une douce rosée,
Au milieu des œillets et des roses conçut,
Quand
Flore entre ses bras nourrice vous reçut,
Naissez, croissez,
Printemps, laissez-vous apparaître :
En voyant
Isabeau vous pourrez vous connaître.
Elle est votre miroir, et deux lis assemblés
Ne se ressemblent tant que vous entresemblez.
Tous les deux n'êtes qu'un, c'est une même chose.
La
Rose que voici ressemble à cette
Rose,
Le
Diamant à l'autre, et le fleur à la fleur :
Le
Printemps est le frère,
Isabeau est la sœur.
On dit que le
Printemps, pompeux de sa richesse,
Orgueilleux de ses fleurs, enflé de sa jeunesse,
Logé comme un grand
Prince en ses vertes maisons,
Se vantait le plus beau de toutes les saisons,

Et se glorifiant le contait à
Zéphyre.

Le
Ciel en fut marri, qui soudain le vint dire

A la mère
Nature.
Elle, pour rabaisser

L'orgueil de cet enfant, va partout ramasser

Les biens qu'elle épargnait de mainte et mainte année.

Quand elle eut son épargne en son moule ordonnée,

La fit fondre, et versant ce qu'elle avait de beau,

Miracle nous fit naître une belle
Isabeau,

Belle
Isabeau de nom, mais plus belle de face,

De corps belle et d'esprit, des trois
Grâces la grâce.

Le
Printemps étonné qui si belle la voit,

De vergogne la fièvre en son cœur il avoit;

Tout le sang lui bouillonne au plus creux de ses veines;

Il fit de ses deux yeux saillir mille fontaines,

Soupirs dessus soupirs comme feu lui sortaient,

Ses muscles et ses nerfs en son corps lui battaient.

Il devint en jaunisse, et d'une obscure nue

La face se voila pour n'être plus connue.

Et quoil disait ce
Dieu, de honte furieux,

Ayant la honte au front et les larmes aux yeux,

Je ne sers plus de rien, et ma beauté première,

D'autre beauté vaincue, a perdu sa lumière

Une autre tient ma place, et ses yeux en tout temps

Font aux hommes sans moi tous les jours un
Printemps;

Et même le
Soleil plus longuement retarde

Ses chevaux sur la terre, afin qu'il la regarde;

Il ne veut qu'à grand-peine entrer dedans la mer,

Et se faisant plus beau fait semblant de l'aimer.

«
Elle m'a dérobé mes grâces les plus belles,

Mes œillets et mes lis et mes roses nouvelles,

Ma jeunesse, mon teint, mon fard, ma nouveauté,

Et diriez en voyant une telle beauté,

Que tout son corps ressemble une belle prairie

De cent mille couleurs au mois d'avril fleurie.

Bref, elle est toute belle, et rien je n'aperçoi

Qui la puisse égaler, seule semblable à soi.

Le beau trait de son œil seulement ne me touche,

Je n'aime seulement ses cheveux et sa bouche,

Sa main qui peut d'un coup et blesser et guérir :

Sur toutes ses beautés son sein me fait mourir.

Cent fois ravi je pense, et si ne saurais dire

De quelle veine fut emprunté le porphyre,

Et le marbre poli dont
Amour l'a bâti,

Ni de quels beaux jardins cet œillet est sorti,

Qui donna la couleur à sa jeune mamelle,

Dont le bouton ressemble une fraise nouvelle,

Verdelet, pommelé, des
Grâces le séjour.

Vénus et ses enfants volent tout à l'entour,

La douce mignardise et les douces blandices *,

Et tout cela qu'Amour inventa de délices.

Je m'en vais furieux, sans raison ni conseil,

Je ne saurais souffrir au monde mon pareil. »

Ainsi disait ce
Dieu tout rempli de vergogne,

Voilà pourquoi de nous si longtemps il s'élogne :

Craignant votre beauté dont il est surpassé.

Ayant quitté la place à l'hiver tout glacé,

Il n'ose retourner.
Retourne, je te prie,

Printemps, père des fleurs : il faut qu'on te marie

A la belle
Isabeau, car vous apparier,

C'est aux mêmes beautés les beautés marier,

Les fleurs avec les fleurs; de si belle alliance

Naîtra de siècle en siècle un
Printemps en la
France.

Pour douaire * certain tous deux vous promettez,

De vous entre-donner vos fleurs et vos beautés,

Afin que vos beaux ans, en dépit de vieillesse,

Ainsi qu'un renouveau soient toujours en jeunesse.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pierre de Ronsard
(? - 1585)
 
  Pierre de Ronsard - Portrait  
 
Portrait de Pierre de Ronsard


Biographie

1524
- (10 ou 11 septembre) : naissance au château de la Posson-nière (Couture, Loir-et-Cher).

Orientation bibliographique