Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 
 

Philippe Jaccottet

Oiseaux, fleurs et fruits - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Jaccottet



Une paille très haut dans l'aube

ce léger souffle à ras de terre :

qu'est-ce qui passe ainsi d'un corps à l'autre?

Une source échappée au bercail des montagnes,

un tison?

On n'entend pas d'oiseaux parmi ces pierres seulement, très loin, des marteaux



Toute fleur n'est que de la
Huit qui feint de s'être rapprochée

Mais là d'où son parfum s'élève je ne puis espérer entrer c'est pourquoi tant il me trouble et me fait si longtemps veiller devant cette porte fermée

Toute couleur, toute vie naît d'où le regard s'arrête

Ce monde n'est que la crête d'un invisible incendie



Je marche

dans un jardin de braises fraîches

sous leur abri de feuilles

un charbon ardent sur la bouche



Ce qui brûle en déchirant l'air rose ou par brusque arrachement ou par constant éioignement

En grandissant la nuit

la montagne sur ses deux pentes

nourrit deux sources de pleurs



Tout à la fin de la nuit quand ce souffle s'est élevé une bougie d'abord a défailli

Avant les premiers oiseaux

qui peut encore veiller?

Le vent le sait, qui traverse les fleuves

Cette flamme, ou larme inversée : une obole pour le passeur



Une aigrette rose à l'horizon un parcours de feu

et dans l'assemblée des chênes la huppe étouffant son nom



Feux avides, voix cachées courses et soupirs



L'œil :

une source qui abonde

Mais d'où venue?

De plus loin que le plus loin

de plus bas que le plus bas

Je crois que j'ai bu l'autre monde



Qu'est-ce que le regard?

Un dard plus aigu que la langue la course d'un excès à l'autre du plus profond au plus lointain du plus sombre au plus pur

un rapace



Ah! l'idylle encore une fois qui remonte du fond des prés avec ses bergers naïfs

pour rien qu'une coupe embuée où la bouche ne peut pas boire pour rien qu'une grappe fraîche brillant plus haut que
Vénus !



Je ne veux plus me poser voler a la vitesse du temps

croire ainsi un instant mon attente immobile






Philippe Jaccottet
(1925 - ?)
 
  Philippe Jaccottet - Portrait  
 
Portrait de Philippe Jaccottet

Biographie / Œuvres

L'oeuvre de Jaccottet puise son inspiration dans la contemplation du paysage de sa région. Son oeuvre se distingue notamment par le dépouillement et l'absence d'artifices. Son sujet préféré est l'étude de l'homme dans son milieu naturel. Son journal, publié dans « Les semaisons, carnets 1954-62 » (1984) et « La seconde semaison, carnets 1980-94 » (1996), montre son engagement permanent dans une co





 

Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.