Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Jaccottet

Fruits - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Jaccottet





Dans les chambres des vergers ce sont des globes suspendus que la course du temps colore des lampes que le temps allume et dont la lumière est parfum

On respire sous chaque branche le fouet odorant de la hâte

*

Ce sont des perles parmi l'herbe

de nacre à mesure plus rose

que les brumes sont moins lointaines

des pendeloques plus pesantes que moins de linge elles ornent



Comme ils dorment longtemps sous les mille paupières vertes!

Et comme la chaleur

par la hâte avivée

leur fait le regard avide !



L'ombre lentement des nuages comme un sommeil d'après-dîner

Divinités de plumes

(simple image

ou portant encore sous l'aile

un vrai reflet)

cygnes ou seulement nuages

peu importe

C'est vous qui m'avez conseillé

langoureux oiseaux

et maintenant je la regarde

au milieu de son linge et de ses clefs d'écaillé

sous votre plumage éperdue



La foudre d'août

Une crinière secouée balayant la poudre des joues

si hardie que lui pèse même la dentelle



Fruits avec le temps plus bleus

comme endormis sous un masque de songe

dans la paille enflammée

et la poussière d'arrière-été

Nuit miroitante

Moment où l'on dirait

que la source même prend feu



Le souci de la tourterelle c'est le premier pas du jour

la nuit lie



Feuilles ou étincelles de la mer ou temps qui brille éparpillé



Ces eaux, ces feux ensemble dans et les montagnes suspendues : le cœur me faut soudain, comme enlevé trop haut



Où nul ne peut demeurer ni entrer voilà vers quoi j'ai couru la nuit venue comme un pillard

Puis j'ai repris le roseau qui mesure l'outil du patient



Images plus fugaces que le passage du vent bulles d'Iris où j'ai dormi!

Qu'est-ce qui se ferme et se rouvre suscitant ce souffle incertain ce bruit de papier ou de soie et de lames de bois léger?

Ce bruit d'outils si lointain

que l'on dirait à peine un éventail?

Un instant la mort paraît vaine le désir même est oublié pour ce qui se plie et déplie devant la bouche de l'aube













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Jaccottet
(1925 - ?)
 
  Philippe Jaccottet - Portrait  
 
Portrait de Philippe Jaccottet


Biographie / Œuvres

L'oeuvre de Jaccottet puise son inspiration dans la contemplation du paysage de sa région. Son oeuvre se distingue notamment par le dépouillement et l'absence d'artifices. Son sujet préféré est l'étude de l'homme dans son milieu naturel. Son journal, publié dans « Les semaisons, carnets 1954-62 » (1984) et « La seconde semaison, carnets 1980-94 » (1996), montre son engagement permanent dans une co