Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Jaccottet

Champ d'octobre - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Jaccottet





La parfaite douceur est figurée au loin à la limite entre les montagnes et l'air :

distance, longue étincelle qui déchire, qui affine



Tout un jour les humbles voix

d'invisibles oiseaux

l'heure frappée dans l'herbe sur une feuille d'or

le ciel à mesure plus grand



Les chèvres dans l'herbage sont une libation de lait

Où est l'œil de la terre nul ne le sait

mais je connais les ombres qu'elle apaise

Dispersées, on voit mieux l'étendue de l'avenir



La terre tout entière visible

mesurable

pleine de temps

suspendue à une plume qui monte de plus en plus lumineuse



Pommes éparses

sur l'aire du pommier

Vite!

Que la peau s'empourpre

avant l'hiver!



Dans l'étendue

plus rien que des montagnes miroitante»

Plus rien que d'ardents regards qui se croisent

Merles et ramiers











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Jaccottet
(1925 - ?)
 
  Philippe Jaccottet - Portrait  
 
Portrait de Philippe Jaccottet


Biographie / Œuvres

L'oeuvre de Jaccottet puise son inspiration dans la contemplation du paysage de sa région. Son oeuvre se distingue notamment par le dépouillement et l'absence d'artifices. Son sujet préféré est l'étude de l'homme dans son milieu naturel. Son journal, publié dans « Les semaisons, carnets 1954-62 » (1984) et « La seconde semaison, carnets 1980-94 » (1996), montre son engagement permanent dans une co