Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Desportes

Sonnets - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Philippe Desportes





Icare est chut ici, le jeune audacieux
Qui pour voler au
Ciel eut assez de courage :
Ici tomba son corps dôgarni de plumage,
Laissant tous braves cœurs de sa chute envieux.



O bienheureux travail d'un esprit glorieux
Qui tire un si grand gain d'un si petit dommage !
O bienheureux malheur plein de tant d'avantage,
Qu'il rende le vaincu des ans victorieux!



Un chemin si nouveau n'étonna sa jeunesse,
Le pouvoir lui faillit mais non la hardiesse,
Il eut pour le brûler des astres le plus beau.



Il mourut poursuivant une haute aventure,

Le ciel fut son désir, la
Mer sa sépulture :

Est-il plus beau dessein, ou plus riche tombeau?



&&&



Sommeil, paisible fils de la
Nuit solitaire,
Père aime, nourricier de tous les animaux,
Enchanteur gracieux, doux oubli de nos maux,
Et des esprits blessés l'appareil salutaire :



Dieu favorable à tous, pourquoi m'es-tu contraire?
Pourquoi suis-je tout seul rechargé de travaux,
Or'que l'humide nuit guide ses noirs chevaux,
Et que chacun jouit de ta grâce ordinaire?



Ton silence où est-il? ton repos et ta paix,
Et ces songes volant comme un nuage épais,
Qui des ondes d'Oubli vont lavant nos pensées?



O frère de la
Mort, que tu m'es ennemi!

Je t invoque au secours, mais tu es endormi,

Et j'ards, toujours veillant, en tes horreurs glacées.



&&&



Cette fontaine est froide, et son eau doux-coulante,
A la couleur d'argent, semble parler d'Amour;
Un herbage mollet reverdit tout autour,
Et les aunes font ombre à la chaleur brûlante.



Le feuillage obéit à
Zéphyr qui l'éventé,
Soupirant, amoureux, en ce plaisant séjour;
Le soleil clair de flamme est au milieu du jour,
Et la terre se fend de l'ardeur violente.



Passant, par le travail du long chemin lassé,

Brûlé de la chaleur et de la soif pressé,

Arrête en cette place où ton bonheur te mène;



L'agréable repos ton corps délassera,
L'ombrage et le vent frais ton ardeur chassera,
Et ta soif se perdra dans l'eau de la fontaine.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Desportes
(1546 - 1606)
 
  Philippe Desportes - Portrait  
 
Portrait de Philippe Desportes