Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Desportes

Les amours de diane - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Desportes





Marchands, qui recherchez tout le rivage more
Du froid
Septentrion et qui, sans reposer,
A cent mille dangers vous allez exposer
Pour un gain incertain, qui vos esprits dévore,



Venez seulement voir la beauté que j'adore,
Et par quelle richesse elle a su m'attiser :
Et je suis sûr qu'après, vous ne pourrez priser
Le plus rare trésor dont l'Afrique se dore.



Voyez les filets d'or de ce chef blondissant,
L'éclat de ces rubis, ce corail rougissant,
Ce cristal, cette ébène, et ces grâces divines,



Cet argent, cet ivoire; et ne vous contentez
Qu'on ne vous montre encor mille autres raretés,
Mille beaux diamants et mille perles fines.



S'il est vrai que le ciel ait sa course éternelle,
Que l'air soit inconstant, la mer sans fermeté,

Que la terre en hiver ne ressemble à l'été,
Et que pour varier la nature soit belle;



S'il est vrai que l'esprit d'origine immortelle,
Cherchant toujours d'apprendre, aime la nouveauté,
Et si même le corps, pour durer en santé,
Change avec les saisons de demeure nouvelle;



D'où vient qu'étant forcé par la rigueur des cieux À changer, non de cœur, mais de terre et de lieux,
Je ne guérisse point de ma vive pointure?



D'où vient que tout me fâche et me déplaise tant ?
Hélas ! c'est que je suis seul au monde constant
Et que le changement est contre ma nature.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Desportes
(1546 - 1606)
 
  Philippe Desportes - Portrait  
 
Portrait de Philippe Desportes