Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Xlvi - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Est-ce une barque divaguant sur les miroirs déserts, un indistinct

Sillage qui s'efface, l'ombre d'un nom trop lourd?

Quel homme est à la proue qui ne daigne rien voir?
La lune

Effleure à peine la ténèbre sur le bois du pauvre.

Elvire aujourd'hui revenue, vos pas

Frémissent dans la poussière : vous avez gravi vainement

Les marches de son vestibule.
Et le canal est noir

Où doucement oscillent les arbustes, près

Des statues verdies qui menacent encore.

Sans souci du triste équipage

Où scintillent les larmes de pluie,

Vous frappez aux portes singulières

De votre main gantée de noir.
Mais les fenêtres désormais

Ont clos leurs lèvres éternelles,

Sur les façades oubliées des rourterelles et du bruit.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie