Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Xcvi - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Le roi chemine dans la solitude, il chemine

À travers les plaines dévastées, la herse des fumées;

Sur le lacis des hideuses villes, traverse les marais, les maisons

Hautes, le miroir des vitrines, la boue du long torrent

Qu'entraîne au loin la pluie.
L'arbre se souvient de celui

Qu'on élève, le dérisoire, le sublime.
Il tient le sceptre de

roseau,
Mais nul ne brisera les os du serviteur souffrant (sa face de tendresse te regarde).
Il peine encore sur la montée.
Les troncs sont morts
Des arbres vieux et secs ; l'inutile figuier lève ses branches grêles
Dans la torpeur de l'aube, et se déchire le rideau
Qui découvre la nouveauté du monde, jette à l'ombre le vieux
Univers.
Un vent

Glacé balaie sur les places sanglantes les feuilles, roule
De l'an qui s'attarde le foudre ferraillant sur les pavés, et l'œil
Du cheval écumant reflète un monde de folie; les freux s'égaillent
Dans l'air puant,
Vénus emporte promptement sa malle,
Suivi du pas tremblant des faunes; sur le rivage
Jetant aux quatre horizons son cri,
Pan s'efforce vainement de moquer l'année neuve,
Tandis que sur les chaumes, les toitures en feu,
La nuit s'écarte et resplendit alors,
Comme une couronne sur les étendues.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie