Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Xciv - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Derrière un mur et loin, nous nous tenions, tandis que sur la

plaine
Titubaient les moissonneuses.
Puis, ce fut le silence et les arbres
N'osaient troubler la paix d'un froissement de feuilles,
De l'azur noir et des herbes roussies.
Les criquets, les cigales,
Rythmaient l'attente de la nuit qui dort sous la terre profonde,
Et la mélancolie des cœurs qui savent la moisson
Proche d'être assemblée sous la caresse des mains d'homme.
La pièce silencieuse à la voûte croisée, entre les murs blanchis
Est vaste; il se prosterne, vêtu

De sa bure implacable, à peine lumineux, l'aile pourpre, couleur
Des vieux sols et du sang, de crépuscule et de feuillage.
C'était l'instant secret : elle écoutait, tète penchée, mains
Unies, silencieuse.
Son regard est plongé
Dans l'infini de l'ange.
Saint
Pierre au crâne fracassé,
S'agenouille sans fin dans l'oraison plus fraîche que les aubes.
Et la moisson reprend, couvrant d'éteules
La plaine exaucée du soleil, tandis que la joie
Monte à la tombée du soir, dans la fraîcheur des nuits, vers

ceux
Qu'il comble.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie