Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Xci - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Il gravit le sentier de la colline, péniblement,

Le bois meurtrit son dos;

Il marche lentement, ployant sous l'invective, les coups,

Sans une plainte.
Même

Il tombe et les pierres aiguës le blessent

Au genou; et le chardon des routes résolues darde

Sa lance; les fleurs ont oublié les hymnes du parfum,

Exhibant au passage leur longue épine.
La populace

Crie sa haine, crache et menace du poing.
Les agneaux

Bêlent au lointain dans la ville acre, sous la poussière

Du soleil ténébreux, et l'autre se démène.

Jérusalem, tes murs saignent sous le jour implacable;

Le froid torride harcèle ce lieu dit du crâne.
Quand le vieux

monde
Croule, de haut en bas le rideau se déchire, et sa tête
S'incline dans le soleil du soir,
Après que le larron a découvert l'amour,
Les soldats étonnés, plus de douceur
Au sublime visage.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie