Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxxxviii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





C'était alors pour qui savait ouvrir les yeux, une lueur

Brève dans la ténèbre.
Ils ne savent pas même

Ceux qui marchent, le soir, quelle splendeur

Attend plus que ces voiles d'or : nuages bleus sur les confins

De l'horizon : le ciel ouvert à l'extrémité rose des toits;

Le ciel comme une plaie sertie de pierres rares, jardin ouvert

Dans la douceur d'une nuit tendre et silencieuse

Que répète le moutonnement vert des arbres, à l'infini.

Montagne dorée dans le gouffre qui se creuse;

Abîme dans la hauteur et le silence des gagnages.

Le jour succède au jour, blancheurs de l'aube, ors ruisselant

Sur la soierie des crépuscules.

Avant que l'éphémère ne recueille sous son aile d'ombre

La poussière du jour ayant cru voir le
Jour.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie