Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxxxvii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





I



Nous l'apercevons parfois comme en songe, dorée.
Tremblant

De ses toitures dans le jour éternel, ceinte de murs

Et de lauriers-roses.

Dans la mandorle de ses rues pourpres, les éternels,

Marchent portant des palmes de douceur,

Branches parmi les branches qui oscillent,

Lorsque paraît, vêtu de son feuillage étincelant,

Au-dessus des générations d'étoiles et de mers,

Le chêne issu de la ténèbre de
Jessé.



II



Au-dessus des bougainvilliers pourpres et des lauriers-roses;

A l'horizon que refrène l'élan des regards,

Surgit parfois ton diadème, nimbé de brumes,

Jérusalem, dans la
Pâque du jour.

Lorsque le ciel essaime sa lumière :

Silence des espaces nocturnes sur les sens;

Silence au temple de l'intelligence : chair

Visitée par le
Souffle, quand s'amenuit le songe;

Nuit musicale qui nous vêt, ta demeure.

Et les abeilles butinent nos ténèbres,

En quête de secrets pollens et de consentements.



III



Ses murs célestes sont

Clairs et transparents.
Ses rues,

Ses places tremblent comme

Les routes éloignées de la chaleur :

Nuit pour nos yeux, silence pour l'ouïe,

Lorsque
Juillet appesantit

Sa conquête d'or sur les chaumes.

Toitures plus dorées que le pain brûlant,

Rue qu'ensanglante le vin du soir.

Est-ce l'éclat que dardent les bougainvilliers,

La dorure des tuiles dans l'épuisement du jour?

Jérusalem dans la liesse de l'azur noir;

Jérusalem dans la joie liquide des canicules.

Tes anges te célèbrent, tes cigales,

L'eucalyptus aux palmes bleues d'argile, sur la terre brûlée.

Aux confins du poème, des pierres,

Tes syllabes rutilent :
Jérusalem.

Les couturières de la nuit tissent ta robe dans l'azur,

Puisque s'approche la fête qu'annoncent

Les fleuves dont les mains battent, les arbres

Des forêts en faisant rire leurs feuillages.



IV



Vêtue du feu du soir, elle rit

Parmi les crépuscules qui se succèdent;

Elle danse avec sa robe de justice,

Au milieu des générations qui passent.

Jeune toujours avec ses seins légers et doux.

Biche sur la clarté nocturne;

Elle invite à la danse et dispose les tables,

Avec le tremblement des lys qui croissent dans la nuit,

Les pauvres oubliés dans le désert des villes.

Le jour pour elle est comme un millénaire,

Et pour elle la nuit s'illumine de jour.



V



Elle brille sur le tain d'or des fleuves,

Au-dessus de la vase., des herbes,

Telle une lampe immobile dans le velours de l'ombre;

Et nos yeux peut-être l'ont vue poindre.

Jérusalem, revêtue de sa robe de fête,

Laissant choir de la traîne lorsqu'elle franchit l'aube,

La poussière d'argent qui succède aux étoiles,

Lorsque l'éternité frémit dans la nuit de l'été.

Jérusalem, dressée au-dessus des mers,

Proche, invisible parmi les astres;

Dès ici-bas, dans le silence, le mensonge,

Jérusalem, joie bleue de l'air qui nous suscite, nous aspire.

Oublie l'exil et les journées de deuil,

Lave ta robe souillée de poussière.

Tes pieds ne fouleront plus la terre des deuils :

Tu es de ce pays gagné déjà par la justice,

A condition d'aimer toujours et davantage.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie