Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxxxvi - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Apparition dans le ciel clair de l'invisible certitude; rien

Ne surgit de l'épaisseur des eaux; rien de tangible; ton silence

Parle et mon cœur sait l'entendre.

La nuit glisse dans l'ombre, lunes baissées,

Comme un navire dans l'estuaire.
Le jour a clos

Ses paupières bleuies; la nuit, le jour et l'ombre

Ont mêlé leurs amours.
Qu'attendez-vous, yeux, qui ne savez

voir?
Quel arôme s'épand si le songe oublie de caresser les fleurs?

Nos mains,
Nos corps et le silence sont à vous, qui passez dans la nuit,
Colonne d'ombre, présence immatérielle.
Alors nous comprenions
Le doux frémissement du feuillage, la solitude fraîche
Du verger, le peigne des rosées sur les roses dociles.
La nuit privée de nuit s'entrouvre, le jour absent
Rayonne et le silence veille avec un chien
Dont l'aboiement s'attarde, au loin, derrière un bois de trembles,
Quand la brise retombe.
Quels secrets ont courbé
L'échiné de la flamme; que dilapide en souris bienfaisants
La sœur des sources, lorsque la brise énonce
Un mot peut-être ou du doigt le dessine
Sur le linteau de l'herbe où son manteau l'efface?











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie