Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxxxiii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Mozart murmure dans les rameaux de la vigne vierge,

Et la musique épouse l'ombre et la partition bleue de l'air,

Le vide, les plénitudes, l'aspérité du doux royaume

Que nous aimons.
Elle dit le secret, toutes paupières closes.

La lumière surgit, nous sommes saufs dans la chambre joyeuse;

À la croisée le temps s'estompe; la mélodie s'écrie

Suavement : immortelles splendeurs!
Et nous croyons sa vérité.

Joies exquises!
Alors, comme s'emplit de vin la coupe d'or,

Nous fléchissons en proie au vertige céleste.

Le ciel azuréen du miroir et le ciel des nuées,

Le plafond blanc et la tombée des heures,

Unissent leurs contraires, se liguent : temps fatal,

Tu ne déchires plus nos cœurs émerveillés; tu ne fais plus

fléchir
Au-dessous de la rose, l'or meurtri des pétales; l'amour
Emplit ton avenir, mort défaite.
Le chant frémit sur le tranchant
Des chanterelles, gagne les bois, le cuivre rouge d'un crépuscule
Qui s'attarde, et la nuit ralentit sa monture.
Nous sommes du pays des intangibles joies,
Nous chevauchons les territoires de la vigueur enivrante;
La musique nous engendre à la nuit qui nous berce,
Et nous savons peut-être concevoir ce qu'il nous a promis.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie