Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxxvii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Lorsque dans le ciel bas, crémeux, la pluie s'estompe
Et qu'un lac au lointain découvre ses sols bleus,
Nous concevons de grandes joies soudaines, nous croyons
A l'immortel usage du corps où nous sommes tapis;
Nous enflammons l'immatériel projet, nous croyons l'art possible,

Un feu rôde bientôt sur les plaines fermées.
Qui sent

Sur son épaule, avec le froid qui tombe, l'aile vaste

Du temps battre nerveusement?
Et quand tu te retournes

Dans la rue désertée, lorsque les pas au loin

Ont cessé de rythmer le silence, ou que le tub s'éloigne

Avec ses fleurs violettes, le cri de ses essieux,

Tu te sais douloureux et solitaire, et tu te hâtes

Pour conquérir, chez celle qui attend, dans ses yeux

Amoureux, l'amour sans lequel tu ne saurais vivre.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie