Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxxix - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Le ciel de mars dépouille de leurs blancs haillons les villages.
L'hiver au pied de l'arbre, ayant harassé les décombres
Des toits obscurs, où les pommes se rident sous l'écarlate
Du vieux linge, enfin jette les armes.
L'éclat de son panache
Au-dessus des mares, le poitrail gris de ses hordes
De reîtres qui manœuvrent,

À l'ornière il les abandonne, frappées de feu. À quel sommeil
S'arrachent les renards dans le crépuscule qui s'attarde?
Le geai sur l'arbuste, le merle inspectant le butin
Des maigres ronces, expriment pour la nuit qui se déchire
Les rites qu'il nous faut déchiffrer.
Nous cheminons
Encore dans un monde indistinct qui nous connaît à peine,
Le cœur aveuglé de lumière, pourtant.
Nos yeux, sur la figuration
De l'éphémère, posent mais pour l'oubli, de brefs regards.
Aussi reconnaissable que le babil violet
De l'aube, le printemps illumine d'effluves
Les branches en lambeaux.
Que ne sait-on quérir
Sous les neiges ardentes, les signes qu'il adresse, respirer
Le parfum de
Son passage, au faîte de la nuit bercée de roses?











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie