Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxxiii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





La terre continue de tourner sans bruit,

Arrachant son larcin de branches sauvages.

L'améthyste de mer au doigt des continents.

Et nous rêvons devant les vastes fenêtres,

Comme autrefois, dans la chambre sage, à la tombée du soir.

Nous nous en irons par les chemins qui fleurent

L'herbe des prés, le lilas des vétustés murs

Jusqu'au jardin que les collines ont caché.

Nos pas creusent l'horizon qui s'éloigne,

Le temps nous accompagne en se taisant;

Tandis que s'éteint la lumière au-dehors,

Sans le soleil antique sur les sables d'enfance,

Et les jeux près de l'arbre qui nous connaissait,

Nous cheminons sur le chemin fragile.

Ils abattirent les maisons familières;

Nous revenions trop tard dans les pays détruits.

Alors nous sommes seuls et nous crions : pitié.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie