Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxviii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Caïn se promenait avec ennui, se souvenant

Des bosquets où l'oiseau de l'aube lance

Sa juste note plusieurs fois, dans le jour innocent.

D'où vient ce souvenir?
Pourquoi dans une rue

S'arrête-t-on soudain, la proie fugace du bonheur :

Et s'abolit le temps et de l'azur ruisselle

Une joie bleue qui nous rappelle

Que nous étions promis à d'autres lieux, pour des fêtes sans

fin.
Caïn lève ses yeux repentants : où est le
Juste
Que j'aille à ses pieds me jeter?
Et nous cherchons dans les recoins de la mémoire
Infidèle, une campagne encore épargnée par le bruit :
On y devine les bêtes du bocage
Au grognement, là-bas, derrière la clôture.
Sur l'herbe verte, dans le seau, le lait repose,
Onctueux et doux.
Une abeille couleur
De crottin d'or, trace dans l'air bleuté
Une arabesque au-dessus des lavandes.
Le même amour nous épargnera-t-il?
Caïn rejette
Dans le canal, son vêtement d'orgueil, secoue dans l'ombre
Sa tête aux cheveux emmêlés, et nu, s'éloigne sur les trottoirs.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie